Mar
17
2017

Un point sur les contraceptions hormonales féminines

Si elles permettent de se prémunir contre une grossesse non désirée, les méthodes de contraception hormonale ne protègent pas des maladies infectieuses liées à une pratique sexuelle à risque
(notamment le VIH). Malgré les scandales qui ont éclaboussé les pilules dites de « troisième génération », c’est encore le mode de contraception le plus utilisé par les femmes actuellement en France. Mais la contraception hormonale ne se cantonne pas à la simple pilule. Tour d’horizon des modes de contraceptions hormonales disponibles pour les femmes.

La pilule contraceptive

Méthode contraceptive la plus utilisée, la pilule est généralement prise pendant trois semaines au rythme d’une prise par jour puis une pause d’une semaine durant laquelle les règles se produisent. Certaines pilules peuvent également être prises en continu provoquant un arrêt complet des règles. L’avantage de la pilule est qu’elle permet d’avoir des règles souvent moins douloureuses et moins longues que sans. On sait cependant que sa prise couplée à la cigarette peut être dangereuse. Il existe également des effets secondaires selon le type de pilule. Enfin le principal inconvénient de la pilule est qu’il faut penser à la prendre tous les jours.

L’implant contraceptif

Placé sous la peau dans le bras de la patiente, l’implant a une durée de vie de 3 ans, à la suite de quoi il devra être remplacé par le médecin. Une fois placé, les règles disparaissent et il n’y a plus rien à penser. Il peut entraîner cependant des effets secondaires indésirables chez certaines femmes : prise de poids, poussée d’acné ou humeur changeante.

Le stérilet

Sur le même principe que l’implant contraceptif, le stérilet est placé par le gynécologue dans l’utérus de la femme pour une durée de 5 ans. Sa pose tout comme son retrait est très rapide et n’engendre pas de douleur particulière. Il peut être retiré au moment où l’on veut et la fertilité revient directement. Le stérilet ne pose aucun problème de fertilité, il va diminuer voir stopper la durée des règles et le volume des menstruations. Pour les effets indésirables, le stérilet peut causer quelques désagrément à la pose. Le temps que le corps s’adapte l’apparition des règles peut être très irrégulier et des douleurs peuvent survenir. Ces effets peuvent revenir périodiquement mais se cantonnent généralement aux premiers mois de la pose.

L’anneau contraceptif

L’anneau vaginal se place facilement dans le vagin. Il fonctionne sur le même cycle que la pilule c’est à dire qu’il doit être retiré au bout de trois semaines durant une semaine, le temps d’avoir ses règles. L’avantage de l’anneau contraceptif par rapport à la pilule est qu’il suffit d’y penser une fois par mois. On le retire au bout de trois semaines et on le replace une semaine après. La femme doit placer elle même l’anneau contraceptif. La pose peut s’avérer être inconfortable pour certaines femmes. Les effets secondaires sont similaires à ceux observés avec la pilule.

Le patch

Fonctionnant comme la pilule ou l’anneau contraceptif le patch doit être changé chaque semaine durant trois semaines puis on n’en met plus la troisième semaine. La pose est beaucoup plus aisée que pour l’anneau et moins contraignant pour les étourdis car il ne se change qu’une fois par semaine. Les effets secondaires sont les mêmes que pour la pilule mais le patch a l’avantage de fonctionner malgré des troubles digestifs du type vomissements ou diarrhée.

Sources :
Un espace pour se tenir informé Choisir sa contraception
La contraception féminine de long terme, Vitaemed.com
Le site de l’Association Française pour la Contraception

À propos de l'auteur:

Laisse ton commentaire